Retour

Changer son caractère avec la PNL et l'Hypnose





Introduction

Le caractère se juge en général sur la base des comportements de la personne. Et il faut reconnaître que l’on relève surtout les critères négatifs du caractère : caractère colérique, caractère brouillon, caractère jaloux, caractère effacé, caractère égoïste etc…
J’ai souvent entendu des phrases du type : « c’est son caractère, on ne peut pas le changer ». Et pourtant l’enseignement des religions est plein d’histoires de personnages violents ou égoïstes qui ont été « convertis » lors d’un évènement particulier et qui ont développé suite à cela des  caractères de générosité, de compassion ou de sagesse. Nous avons probablement tous dans notre entourage des personnes qui ont changé leurs comportements et leurs valeurs de manière radicale suite à une prise de conscience, ou suite à un évènement particulier comme une promotion, un mariage, la naissance d’un enfant, un divorce, le décès d’un proche ou un accident.

Cas d’accompagnement personnel 1 : Alexandre est un jeune garçon de 11 ans. Il a une tête et un corps d’enfant et en même temps la position, le regard et le ton de voix d’un adulte. Il vient avec sa grand-mère. Celle-ci veut que j’aide son petit-fils à être moins agressif. Je vois bien qu’Alexandre est très réticent au récit de sa grand-maman, alors je me tourne vers lui et lui demande ce qu’il en pense, il me répond très posément qu’il ne se trouve pas agressif. Il avait juste eu quelques mots avec sa maîtresse l’année passée, mais c’est normal c’est parce qu’elle était psychopathe. Et il tapait parfois son petit-frère parce qu’il l’embêtait et il le méritait bien.
J’ai demandé alors à Alexandre qu’est-ce qu’il aimerait obtenir avec l’hypnose. Alexandre réfléchit quelques secondes puis me dit d’un ton très sûr : « j’aimerais ne plus être dérangé par les bruits autour de moi » et « mieux dormir la nuit. »
C’est donc ce qu’on a fait. Il a appris en état d’hypnose à mettre une bulle autour de lui, une bulle qui l’isole des bruits. C’était une bulle bleue électromagnétique très épaisse. Puis comme cette bulle ne marchait pas dans toutes les circonstances, il a aussi appris à transformer les bruits dérangeants en une musique agréable.
Je lui ai demandé alors comment ça se passait avec son petit-frère. Il m’a répondu : « ça va il ne me dérange plus » et le sommeil ?   « oui, je dors bien ces temps ». La grand-maman, elle, m’a confirmé que Alexandre était effectivement beaucoup moins agressif.
 

Mais qu’est-ce que nous appelons caractère ?

Selon la définition de Wikipedia, le caractère est la manière dont une personne va réagir dans une situation donnée.
Selon la définition du Larousse, le caractère est : l’ensemble des dispositions affectives constantes selon lesquelles un sujet réagit à son milieu et qui composent sa personnalité : Un caractère autoritaire, souple, gai, hargneux, sournois.
Le caractère est donc le synonyme ou du moins la composante principale de la notion de  personnalité.

Comment se construit-il ?

Le caractère est en partie lié à notre environnement, à nos expériences de vie, aux valeurs qui nous ont été transmises par les parents, par la famille, par les amis, l’école ou le travail. Il y a probablement aussi une part génétique dans la construction du caractère. Mais attention, « génétique » ne signifie pas « fixé, définitif ou immuable » comme on l’a longtemps pensé. On sait maintenant qu’au moins une partie des gênes, la partie épigénétique peut être modifiée par certains évènements extérieurs !
Le caractère, notre caractère, peut nous convenir très bien et nous en sommes parfois très fiers. Mais il peut aussi nous déranger nous-mêmes et nous devons alors soit le subir soit essayer de le changer. Si je fais fuir toutes les femmes par mon caractère hyper jaloux et possessif, je vais peut-être prendre conscience qu’il vaudrait mieux changer ce  caractère. Si je n’ai pas d’amis à cause de mon caractère égoïste et avare, je vais là aussi à un certain moment vouloir changer ce  caractère. Si je rate dans le sport à cause de mon caractère nonchalant, je peux là aussi vouloir changer ce  caractère. Un enfant qui a un caractère trop agressif va probablement aussi vouloir changer s’il se rend compte que ce caractère lui amène beaucoup d’ennuis à l’école. Une personne qui a un caractère recherche facilité (trait de personnalité que j’ai décrit dans un autre article et qui s’oppose au trait recherche difficulté) va peut-être aussi avoir envie de changer suite à certaines pressions familiales ou professionnelles.

Comment peut-on changer son caractère ?

D’abord, j’insiste sur un détail du titre de mon article : « changer son caractère ». Il s’agit bien d’apprendre à changer « son caractère » et non pas changer le caractère de son père, de son mari, de sa femme ou même de son enfant ! Utiliser ces moyens pour changer le caractère  de l’autre pourrait très facilement côtoyer la manipulation et le non éthique.
1.    La première étape c’est d’en prendre conscience : prendre conscience que l’on a tel type de caractère et prendre conscience des conséquences. Cette étape peut parfois prendre des années, si ce n’est pas toute une vie, tant il est vrai que l’on ne fait pas toujours la relation entre nos déboires, nos échecs et un problème de caractère.
2.    La seconde étape c’est d’avoir envie de changer
3.    L’étape suivante est d’utiliser une approche efficace et qui ne se limite pas à un changement « intellectuel ». Il vaut mieux agir à plusieurs niveaux qu’à un seul : la PNL et l’hypnose ont le grand atout de pouvoir agir au niveau conscient et au niveau  inconscient, au niveau verbal et au niveau non-verbal, au niveau du mental aussi bien qu’au niveau de la physiologie et de la neurologie.

Modifier nos filtres

Pour changer de caractère, la PNL propose de changer nos filtres. Les filtres sont des verres correcteurs qui nous font appréhender les évènements avec une subjectivité liée à nos expériences de vie, aux messages que nous avons reçus de notre famille, de la société, de notre culture. Nous ne voyons pas la réalité telle qu’elle est mais à travers des filtres plus ou moins adaptés. Une personne qui a un caractère jaloux aura probablement des filtres qui lui feront ressentir beaucoup plus fortement les hésitations ou les gestes correspondant au mensonge chez son partenaire. Ses verres déformant lui feront aussi interpréter à tort des  mimiques ou des comportements qui ne seraient pas liés à du mensonge.
 Chacun d’entre nous a sans doute des centaines voire des milliers de filtres différents qui agissent successivement ou en même temps :
o    Il s’agit donc de bien cerner sur quels filtres il est pertinent d’agir
o    Cerner nos filtres dominants
o    Modifier ces filtres à un niveau conscient et inconscient.

La PNL pourrait être résumée en « une science du changement ». Les créateurs de la PNL, Richard Bandler et John Grinder ont observé les thérapeutes considérés comme les plus efficaces de leur époque dans le changement et la guérison.

Pour modifier nos filtres, la PNL propose de:
  1.  Découvrir nos filtres dominants : cela nécessite l’accompagnement par une personne extérieure formée à la PNL, à l’hypnose ou l’aide d’un formateur dans ces domaines.
  2.  Vérifier quels sont les avantages et les inconvénients d’utiliser tel filtre aux dépens d’autres filtres.
  3.  Définir ce qu’on souhaite vraiment pour soi en évaluant au mieux les conséquences possiblement négatives pour soi et pour les autres d’un changement.
  4.  Développer le filtre opposé : par exemple pour changer un filtre comme le filtre recherche facilité, il s’agit de développer le filtre opposé, en l’occurrence le filtre recherche difficulté. Le but n’est pas de substituer un filtre par un autre. En admettant que cela soit possible, on obtiendrait probablement l’excès contraire ! Non, il s’agit de pousser le curseur un peu du côté opposé : un petit changement qui peut parfois avoir des résultats surprenants.

Cas d’accompagnement personnel 2 : Michael, 18 ans, a une peur phobique de parler devant un groupe. Cette peur va en s’aggravant depuis le début de l’année scolaire au point qu’il manque de plus en plus souvent les cours. Il arrive devant le bâtiment scolaire, il ressent une panique l’envahir et ne peut souvent faire autrement que de rebrousser chemin. Il a réussi,  avec l’aide de son psychologue, et en parlant avec la doyenne et avec sa prof, à obtenir un régime spécial : dorénavant il n’aura plus besoin de faire d’exposés, ce sera remplacé par un travail écrit.
Il vient tout de même me voir car au fond de lui, il n’est pas très satisfait de cette solution qu’il interprète comme une abdication de sa part. Je lui propose de placer sur sa « ligne de temps » (une technique PNL) un moment dans le futur où il fera un exposé devant sa classe et d’aller se placer un peu plus loin sur sa ligne de temps, après l’exposé. Là, il réalise le plaisir et la satisfaction qu’il aura lorsqu’il aura passé cet exposé, « ce défi ». Il me dit avec un grand sourire qu’il aime les défis et celui-là est un défi difficile qu’il a vraiment envie d’affronter maintenant. Nous envoyons des ressources à Michael qui est en train de parler devant la classe et lorsqu’il a bien pu vérifier qu’il avait toutes les ressources nécessaires, je lui propose de revenir dans le présent. Il a un grand sourire. Il a vraiment envie d’affronter cette difficulté, de relever ce défi !

•    Un autre filtre, un autre métaprogramme influence beaucoup « le caractère ». Il s’agit du filtre référence interne/ référence externe.
o     Les personnes référence interne jugent par elles-mêmes. Elles évaluent leurs comportements, leurs actions selon leurs propres critères, ce qui veut dire qu’elles tiennent peu compte de l’avis des autres. Elles se montrent donc peu influençables. Elles sont également peu ouvertes aux besoins de l’autre.
o    Les personnes référence externe au contraire ont besoin de l’avis des autres et font en général peu confiance en leur propre jugement. Elles sont donc beaucoup plus influençables. Par contre elles sont plus ouvertes à accepter des avis extérieurs et à changer. Elles sont également plus attentives aux besoins de l’autre et donc généralement plus « agréables à vivre ».

Pour changer  ces filtres et changer « son caractère », il y a de nouveau besoin de faire un travail PNL ou par hypnose pour déplacer un peu le curseur dans le bon sens :
o    Les personnes référence interne devront apprendre à se placer plus souvent dans la position de l’autre, à mieux observer le non-verbal et le paraverbal dans la communication.
o    Les personnes référence externe devront apprendre à mieux se protéger et mieux écouter leurs propres sensations internes pour juger par elles-mêmes.

Cas d’accompagnement personnel 3 : Une mère de 3 enfants apprend que son fils de 25 ans vit en couple avec un autre homme. Elle aime son fils, elle voit qu’il est heureux, mais malgré cela elle ne dort pas, elle « ne vit plus ». Elle est tellement effrayée que d’autres personnes puissent l’apprendre. Quelques mois plus tard un autre de ses enfants doit se faire opérer d’une tumeur qui s’est révélée finalement bénigne. Malgré cela, son fils reste choqué psychologiquement par cette expérience. Et à nouveau cette maman a des angoisses énormes et ne dort plus. Elle prend littéralement les peurs de son fils.
Avec des techniques PNL et d’hypnose, nous avons travaillé avec cette maman pour qu’elle apprenne à prendre plus de recul par rapport aux évènements et à moins se laisser envahir par les émotions douloureuses de ses enfants. Après tout ce n’est pas en paniquant plus que ses enfants qu’elle va pouvoir les aider.
5. Développer de nouveaux filtres : on peut aussi apprendre à développer de nouveaux filtres en « modélisant des experts ». La « modélisation » est à la source de la plupart des développements de la PNL. Elle consiste à interroger, observer, se mettre dans la peau d’une personne reconnue comme experte dans son domaine et ensuite d’intégrer à soi-même ou d’enseigner à d’autres personnes cette expertise. On pourrait par exemple, pourquoi pas, « modéliser » le caractère farceur et espiègle du marsupilami !


Conclusion

La PNL a développé une approche à la fois originale et très efficace pour favoriser le changement chez l’être humain. Elle a surtout démontré que beaucoup de traits qui paraissaient fixés et inatteignables par la psychothérapie classique y compris le caractère d’une personne peuvent être changés avec l’accord de la personne.
Je conclurai avec une petite mise en garde : les changements de caractère d’une personne ne sont pas forcément faciles à obtenir et ne sont pas forcément souhaitables dans tous les cas !