Retour

La petite danseuse et le dragon



La petite danseuse et le dragon
©2007 Ducrey Marie-Christine


Il y eut un jour, dans un temps lointain, où les habitants du village de Kasaress apprirent que ceux du village de Xeress étaient terrorisés par un méchant Dragon aux yeux-revolver.

Les Kasarois réfléchirent à une solution pour venir en aide à leurs voisins. Après plusieurs jours et nuits de délibération, ils décidèrent d’envoyer la plus courageuse du village, la petite Fanni, à la rencontre du Dragon afin de le charmer – car elle avait des dons – l’apprivoiser et le ramener au village pour qu’il soit tué.

La petite Fanni avait effectivement un grand don : elle pouvait danser et tourner avec tant de beauté que celui qui la regardait en tombait droit sous le charme  (et la bonne fée, à sa naissance, lui avait bien prédit qu’elle devrait un jour tenter de charmer un dragon ! ).

Pleine de courage et de compassion pour les Xerois, Fanni prit sa besace et son plus beau tutu de danse et quitta le village en compagnie de son fidèle hibou Ibanito qui lui servirait de guide pour trouver le Dragon.

Sa mère hurla de douleur et fondit en larmes en tentant de la retenir, car elle avait tellement peur pour sa fille – il faut dire qu’elle même, étant petite, avait un jour rencontré ce Dragon terrifiant dans la montagne, tellement terrifiant qu’elle ne s’en était pas encore remise. Mais Fanni avait déjà disparu, et, paraît-il, trouva facilement le chemin d’accès au domaine du Dragon, grâce à son ami Ibanito.

A un certain moment, elle dû faire face à un premier obstacle : l’accès au repère du Dragon passait par le fond d’un puits, à l’eau mystérieuse… et, dit-on, plus d’un avaient essayé et y avaient laissé leur peau…

Heureusement, une fois plongée dans l’eau profonde, Fanni, qui nageait comme une sirène, dénicha un tunnel sur le côté et déboucha finalement à l’air libre dans un jardin étrange… Quand soudain, juste en face d’elle, surgit le dragon terrifiant qui crachait flammes et fumerolles tout en fixant la petite intruse de ses yeux-revolver…

Immédiatement Fanni se mit à danse n’écoutant que son cœur et sa volonté d’entrer en contact avec cet animal énigmatique. Surpris, le Dragon cessa alors de cracher et il n’y eu plus que quelques petites flammèches qui sortaient de ses naseaux.

Ainsi apaisé, le Dragon pu entrer en communication avec la petite danseuse et il lui révéla qu’en fait, son territoire ayant tellement diminué au fil des siècles, c’est pour cela qu’il était devenu si agressif et menaçant, car il n’avait plus assez de place pour vivre dignement…

Au bout de quelques temps, Fanni, qui se souvint de la pénible mission que les gens de son village lui avaient confiée, passa délicatement une liane autour du coup de l’animal afin de le ramener au village, tout en se demandant comment elle allait faire pour ne pas qu’il soit tué, car finalement, il n’était pas si méchant que ça ce Dragon !

Mais aussitôt avait-elle pensé cela que la bête se redressa soudain en brisant la liane et rugit dans un feu d’artifice et dans un bruit de fusillade :
« C’est une ruse, tu veux m’amener dans le monde des hommes et je suis sûr qu’ils vont m’enfermer, m’enchaîner, ou même me tuer ! C’est une ruse ! Je refuse de me faire capturer et pour cela je suis obligé de te tuer… !!! »

Fanni surprise, tomba à terre et fut aussitôt encerclée par les flammes du Dragon. Désespérée, elle cru que sa dernière heure était venue…

A ce moment, Ibanito qui veillait au grain, pris son courage à deux ailes et se posa droit sur la gueule fumante et furibonde du Dragon afin de l’hypnotiser, car lui aussi avait quelques dons magiques qu’il avait appris par le passé grâce à la bonne fée Floriane !

Après avoir tranquillisé le Dragon, il compris que celui-ci avait juste besoin de retrouver sa liberté, de trouver un territoire plus vaste pour être lui-même, pour être en paix.

Dès lors un pacte fut conclu entre Fanni et le Dragon :
Fanni promit au Dragon de l’emmener vivre sur la montagne la plus reculée
Le Dragon promit qu’il en profiterait pleinement et qu’il ne serait plus qu’une légende dans la mémoire des hommes…


*******************************