Retour

Le Jardin magique



Le Jardin magique
©2007 Isabella Allig

Dans un pays lointain, un pays de glace et de grandes forêts, un petit pingouin faisait tous les jours  les mêmes trajets : de la maison à l’école, puis de l’école à la banquise, puis de la banquise à la maison.

C’était à lui qu’incombait la tâche de ramener le poisson pour le repas du soir, parce que c’était lui le plus débrouillard, le plus responsable des enfants. Donc tous les soirs, la famille attendait son retour avec impatience, et il n’avait pas le temps de flâner en chemin, de jouer avec ses camarades au sortir de l’école ou de rêvasser sur la banquise.

Et voilà qu’un jour, sur le chemin entre l’école et la banquise, le petit pingouin se retrouva devant un énorme arbre tombé, là, en travers du chemin. Le tronc couché était haut d’au moins trois fois la taille du petit pingouin. Impossible de l’enjamber ! Voyant cela, le petit pingouin commença d’abord par pester. Puis il s’énerva, il se laissa même aller à proférer des jurons, lui le petit pingouin si sage et bien élevé ! Puis il se mit à paniquer : mon Dieu ! Comment vais-je faire ?! Tout le monde m’attend ! Mais comment fais-je faire ?

Puis, il se mit à longer l’arbre en quête d’une brèche, d’un passage ou d’une branche sur laquelle se hisser pour passer … mais rien… si ce n’est cet énorme tronc couvert d’un épais tapis de feuilles. Soudain, il aperçut quelque chose de très coloré dans ce feuillage. Intrigué, il cligna des yeux, puis regarda de plus près et vit que cela avait les couleurs de l’arc-en-ciel, que cela ressemblait à un fruit et que cela  sentait très fort le sucré. Il n’avait encore jamais vu ce genre de fruit. Alors, curieux, il toucha le fruit qui lui tomba dans la main, tellement il était mûr. Il le huma,  puis le goûta. C’était délicieux !  Et… il en oublia aussitôt le tronc, le poisson, la maison, tout !

Et c’est ainsi qu’il se retrouva sans transition dans un jardin verdoyant, avec des arbres fruitiers à perte de vue et de toutes les sortes, un jardin plein de fleurs exhalant un parfum agréable et inconnu, avec des étangs plein de nénuphars et de petits poissons de toutes les couleurs. Curieux, il s’avança : c’était un endroit merveilleux ! Puis il vit des petites créatures, ressemblant à des elfes, qui s’approchaient de lui en lui souhaitant la bienvenue et qui l’invitaient à se prélasser dans le pré parmi les fleurs. Elles se mirent à lui chanter de très belles mélodies, puis elles l’amenèrent à une source et lui proposèrent d’en boire l’eau en lui disant : « Bois de cette eau vivifiante et use à ta guise de toutes les bonnes choses que tu vois ici. Il y a encore beaucoup d’autres à découvrir ici, et puisque que tu connais maintenant ce jardin magnifique et cette eau ressourçante , tu pourras revenir quand tu veux, quand tu en auras envie, quand tu en auras besoin».

Le petit pingouin était d’abord troublé, puis une profonde joie monta en lui. Et après avoir bu de cette bonne eau, il se coucha dans le pré fleuri et il s’endormit heureux, serein, enchanté.

Quand il se réveilla, il se retrouva sur le bord du chemin… et constata qu’il n’y avait pas l’ombre d’un bout de tronc d’arbre en travers du chemin. Mais que s’était -il passé ?! Avait-il rêvé ?!

Alors, il se rappela la banquise, le poisson, sa maison et sa famille qui l’attendait. Et il se mit en chemin, mais sans panique, au contraire, encore empli d’une sérénité enchantée. Il ne comprenait rien à cette histoire de tronc d’arbre, cependant quelque chose s’était passé.

En arrivant à la maison, il trouva sa famille inquiète de son retard, mais heureuse et soulagée de le voir arriver. Il y avait du poisson sur la table. Sa sœur avait été le chercher et elle en était toute fière.

Et à partir de ce jour-là, à chaque fois que le petit pingouin en sentait l’envie, en clignant des yeux, il retrouvait aussitôt les elfes et découvrait peu à peu toutes les merveilles de ce magnifique jardin.