Retour

SAS : des changements à jouer de façon systémique



SAS: des changements à jouer de façon systémique

© 2000 auteur Henry Roux de Bézieux

Malgré les déboires rencontrés par tant et tant de projets de changement, celui-ci a plus que jamais la cote. Avec de belles perspectives de réussite pour les entreprises qui investissent dans les outils systémiques.

Depuis quelque temps, les démarches de changement ont la faveur des entreprises et des gouvernements, alors qu'il y a une vingtaine d'années, personne n'aurait misé un kopeck dessus. L'Europe, la mondialisation, l'ouverture des marchés, les nouvelles technologies et les dot.com sont passés par là. La valeur des bons gestionnaires s'est étiolée sur le marché du travail. L'oiseau rare qu'il s'agit de dénicher aujourd'hui est un leader, capable de construire une vision claire de l'avenir et de la faire partager à l'ensemble de son organisation. Mais tout le monde ne se nomme pas Henry Ford ou Philippe Bourguignon. Où alors trouver ces perles rares, et comment les former ?

Après le "tout communication", une approche s'impose aujourd'hui : la systémique. Communiquer les exigences du marché, les besoins des clients, les valeurs de l'organisation, la vision de l'avenir, les changements… Pendant longtemps produit leader en termes de pilotage du changement, le tout communication a vécu. Les sommes pharaoniques investies en colloques, en séminaires, en petits-déjeuners et en grand messes n'ont servi à rien lorsque les projets de changements eux-mêmes étaient viciés : retard sur les marchés, manque de vision stratégique, incohérences internes des projets, préparation insuffisante, opérationnalité aléatoire, sex-appeal défaillant pour les personnes concernées… Pour réussir un changement, il faut communiquer, certes. Mais cela ne suffit pas.

La systémique est aujourd'hui la valeur en hausse pour piloter les changements. Quels conseils prodigue-t-elle ?

Premier conseil: les cadres, les dirigeants et les promoteurs du changement doivent avant tout faire leurs devoirs à la maison avant de se jeter sur les routes de la communication. Savoir penser le changement d'une façon plus complète et plus stratégique n'a rien de glorieux, mais c'est la clef du succès. La systémique apporte pour cela des outils de cartographie, d'anticipation et de navigation.

Deuxième conseil: pour réussir un changement, les leaders savent repérer et intégrer les enjeux hétéroclites des acteurs et des personnes concernées. Ils accordent une importance particulière aux signaux faibles d'aujourd'hui qui sont susceptibles de devenir les oppositions fortes de demain. Ils savent se mettre à la place de leurs partenaires pour comprendre leur modèle du monde et anticiper leurs réactions.

Troisième conseil: pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Les leaders savent se positionner au niveau de l'action plutôt que d'ânonner des principes. Ils choisissent le bon niveau de changement : simple replâtrage, évolution du système ou création d'un nouveau système selon les cas.

Quatrième conseil: la pensée unique est un piège redoutable qui finit toujours par coûter cher. Les promoteurs du changement doivent prendre le chemin de la créativité et organiser la mise en concurrence de plusieurs scénarios antagonistes de changement dont ils évaluent les conséquences en les "modélisant". Bref, les organisations veulent des leaders capables de mener le bateau au port, et pas simplement de le mettre à l'eau avec cris et fanfare.

SAS (Stratégie d'Action Systémique) occupe une place respectée dans le monde des nouvelles technologies de la pensée. Cette méthode sûre et éprouvée de pilotage du changement est inspirée des méthodes Anglo-Saxonnes SIS (Systems Integration Strategy). Elle se veut accessible et pédagogique et passe par l'utilisation de visuels chaque fois que la pensée verbale s'avère trop limitée. Elle convient bien au travail de groupe et à la prise de décision des équipes dirigeantes. Ses enjeux ? Concevoir des projets de changements susceptibles d'être motivants pour les personnes concernées. Savoir doser la "quantité" de changement pour équilibrer les risques et les bénéfices. Intégrer les aspects comportementaux et technico-financiers du changement. Echapper aux rigueurs de la pensée unique et créer des stratégies adaptées aux atouts de l'organisation. Savoir anticiper et traiter préventivement les principaux obstacles. Réduire de façon considérable le temps passé à "vendre le changement" en améliorant sa conception, sa préparation et son sex-appeal.

Faut-il vraiment investir dans les méthodologies systémiques pour réussir ses projets de changement ? On ne peut plus, dans le monde d'aujourd'hui, se permettre de jouer le changement à l'ancienne, de gaspiller de précieux mois de travail et de jeter des millions par la fenêtre faute d'avoir correctement appréhendé les virages à prendre.

D'une durée de quatre jours, le stage à thème SAS : Des changements à jouer de façon systémique met à la portée de tous les managers des outils concrets de pilotage des changements.